Rechercher
  • Aymeric Bagic

Jour 25 - 29 : Mollégès - Visan - Cocurès

Les Cévennes et ça remonte !


Je vous avais laissé samedi matin à Mollégès aux portes du Luberon. J'y ai passé la journée avec Marie-Lise et André, ces (touchants) jeunes retraités qui m'ont fait découvrir les magnifiques paysages des Alpilles et des chemins de Provence en passant d'Eygalières à Baux-de-Provence en passant par St-Jean de Provence. Je vous conseille vivement ce coin si vous ne le connaissez pas. Pour la petite histoire, Michel Drucker, Hugh Grant et autres y ont une maison. Si mon argument ne suffit pas, dites vous que même Barack Obama a décidé d'y passer il y a peu.

Après une très bonne soirée passé avec le reste de la famille de mes hôtes, j'ai repris le vélo dimanche en début d'après-midi pour rejoindre Visan. Après 70 km compliqués avec de longues lignes droites et un vent de face qui me narguait sans cesse, je suis arrivé chez Marie-Raphaelle. Entouré de sa quarantaine de chiens (Patous et Beaucerons) et de ses 8 chats, j'ai découvert la vie et le quotidien d'une éleveuse de chiens. Dire que c'est un travail à temps plein serait un euphémisme tant l'énergie et le temps demandés sont importants. Nul doute que sans passion, ce métier n'est pas concevable.


Une journée et demie en immersion totale avec Marie-Raphaelle et ces petits bouts puis je repartais mardi après-midi en direction d'Alès où j'ai fait escale après 90 km encore une fois venteux. Une bonne nuit de repos et j'étais de nouveau à fond sur les pédales pour affronter les cols des Cévennes... à l'épreuve du vent. Si ce dernier était un humain, je pense sincèrement que j'aurais eu depuis longtemps des envies de meurtre. Se retrouver "trimballer" dans tous les sens, presque à l'arrêt dans une descente de plus de 5% après une longue ascension de plus d'une heure est plus que frustrant... J'avoue m'être même senti très bête à crier et m'énerver contre un ennemi impalpable !


C'est donc après ce nouveau combat et ces 80 km vallonnés que je suis arrivé à Cocurès où m'attendaient Julie et Mehdi, un couple de maroquiniers. Passée la soirée pendant laquelle j'ai fait connaissance avec leurs enfants Soula et Joaquim, j'ai commencé à suivre ces jeunes parents aujourd'hui pour découvrir le métier de maroquiniers. Une nouvelle fois, j'ai beaucoup appris, des étoiles plein les yeux devant ces machines et les exercices manuels plein de savoirs.


La journée de demain s'annonce tout aussi prometteuse.

Sur ce, je vous laisse pour retrouver Julie et Mehdi, mon odorat me fait dire que le diner se prépare.


Bonne soirée,

Aymeric



46 vues1 commentaire