Rechercher
  • Aymeric Bagic

Jour 30 - 33 : Cocurès - Valady - Gignac - Château-Chervix

Je vais presque regretter les Alpes !


Vendredi, j’ai continué mon immersion dans le monde de la maroquinerie avec Julie et Mehdi. Après l'interview de Julie pendant laquelle j’ai été sensibilisé aux plaisirs de la matière, de la création et de l’importance de laisser place à une vocation, j’ai arpenté le petit (mais mignon) village de Cocurès et ses gorges du Tarn (vous en entendrez parler très vite). Ma journée s'est ensuite terminée dans la magnifique vallée de Rampon, avec toute la famille, pour y découvrir leur future maison, toute proche du futur atelier qui s’annonce des plus spacieux.


Le lendemain matin (samedi) c’est avec un petit pincement au cœur que j’ai dû laisser Julie et Mehdi (et leurs enfants Soula et Joaquim) pour reprendre le vélo avec Limoges en ligne de mire, à 350 km.

Au programme, trois jours de vélo avec deux grosses étapes (130 km) et une plus petite (80 km).


Pour ce qui est de la première étape, le bilan a été plus que contrasté. Les 60 premiers kilomètres étaient vraiment incroyables. J'ai longé les Gorges du Tarn et pris ce qui était probablement la plus belle route depuis mon départ. Ensuite tout s’est corsé. J’ai dû passer un col dans le village des "Vignes" (1h pour faire 6 km à plus de 8% de moyenne) pour rejoindre ensuite Rodez. Une fois la difficulté passée, les routes sinueuses et le vent n’ont fait que prolonger le calvaire. La journée s’est quand même très bien terminée puisque j’ai été accueilli par Martin et son coloc Max à Valady près de Rodez, dans leur maison aux panoramas magnifiques sur les collines voisines.


Une bonne nuit de sommeil et j’ai repris la route hier matin. Le beau temps au rendez-vous, j’ai affronté une route très vallonnée avec des pentes à plus de 7/8% de Figeac à Rocamadour. Une fois n’est pas coutume, j’ai terminé ma route avec un accueil chaleureux chez Manuel, Anne-Lise et leurs enfants, avec lesquels on a pu échanger sur nos expériences de route.


Enfin, les jambes bien lourdes, j’ai entamé ce troisième jour avec de la difficulté. Il m’aura bien fallu 2h pour être pleinement en jambe et affronter de nouveau de nombreux (petits) cols bien pentus. Passé par Objat, Pompadour... j’ai rejoint Château-Chervix où m’attendait Jean-Philippe, le dernier artisan sur ma route. Nul doute que je vais encore découvrir plein de choses, une dernière fois, avec cet artisan "de la laine" avec laquelle il fait des matelas 100% bio.


Sur ce, je vais aller récupérer un petit peu !

Je vous souhaite un bonne soirée,

Aymeric

56 vues