Rechercher
  • Aymeric Bagic

Jour 34 - 37 : Château-Chervix - Lussac-les-Eglises - Loches

De la laine et de la douceur !


Arrivé lundi à Château-Chervix soir, j'ai entamé ma dernière "immersion" du périple mardi. Au programme, la découverte du monde de la literie... 100% naturelle.

Epaulé par sa femme Sarah, Jean-Philippe s'active depuis une vingtaine d'années à redonner à la laine ses titres de noblesse et faire oublier son statut de "déchet". Il travaille donc de paire avec des éleveurs de moutons (qu'il forme à la tonte) et récupère la laine des bêtes pour en faire des matelas, cousins, sommiers... Le tout en favorisant un circuit court avec des produits locaux et garantir un résultat 100% naturel.


Comme toujours, cette rencontre s'annonçait donc riche en découvertes et les deux jours passés avec Jean-Philippe l'ont confirmé. Dans l'atelier de son entreprise, à quelques pas de sa maison (une ancienne école communale), j'ai observé son travail et celui de ses employés (Patrick, Marc et Jessica). Du cardage de la laine à la découpe du tissu puis sa couture, j'ai découvert tout le processus de confection de ces produits à la douceur et au confort certifié... testé et approuvé !


Hébergé par Jean-Philippe, Sarah et leur fils Antonin, j'ai passé trois nuits à profiter d'un de leur lit douillet bien enveloppé dans une couverture bien chaude et reposé sur un oreiller moelleux. Ils ont gagné mon label qualité !

Avant ça, j'ai passé d'excellentes soirées avec eux, parlant de tout et de rien (mais très peu de rien), de nos expériences passées à vélo et de notre vision du monde.


Une nouvelle fois merveilleusement accueilli, j'ai quitté la petite famille jeudi matin convaincu que si plus de personnes partageaient la vision de Jean-Philippe, la planète irait beaucoup mieux !


Laissant Château-Chervix derrière moi, les rencontres et les souvenirs que je me suis crée depuis plus d'un mois, j'ai rejoint Loches et la maison de mes parents en deux étapes. Après ces 200 derniers kilomètres qui m'ont paru très longs malgré une pause à mi-chemin chez Carine et Paul, deux chaleureux belges, eux-aussi très soucieux de notre planète, j'ai retrouvé mon chez-moi, mes parents... et mes amis autour d'un apéro qui s'est fait désirer ! Je ne saurais dire ce que j'ai ressenti sur les derniers kilomètres, de la joie, de la fierté mais aussi beaucoup de nostalgie (et oui déjà), un peu de tristesse et une pointe d'appréhension de retrouver une vie "normale".


Je vais laisser quelques jours passer avant de poser les choses et faire un point sur toute l'aventure, en attendant je vous souhaite une bon week-end !


Aymeric

55 vues1 commentaire